Le symptôme fatigue


       
   

La fatigue n'étant pas une affection en soi, les médecins parlent facilement du symptôme fatigue. Comment décèle-t-on un symptôme fatigue, et que peut-il cacher ?

 

Le symptôme fatigue se caractérise à la fois par une sensation, subjective, de lassitude générale chez le patient (envie de dormir, pas le courage d'entreprendre une activité, sensation de pesanteur, difficultés de concentration, etc.) et par des critères objectifs de moindre performance : une même activité ou un même geste se mettent à prendre davantage de temps. Lors d'une consultation, un médecin va donc s'attacher avant tout à l'évocation des retombées objectives du symptôme fatigue.

 



Un symptôme fatigue, aussi perturbant soit-il pour le patient, n'apporte en réalité guère d'informations au médecin. En effet, la plupart des affections sont associées à un état de fatigue inhabituel. Du virus de la grippe à des maladies plus graves comme le cancer ou le sida, en passant par les troubles psychiques comme la dépression, le symptôme fatigue est toujours récurrent.

 

Heureusement pour le corps médical, le symptôme fatigue peut être associé à d'autres symptômes, qui permettent d'orienter le diagnostic. En cas de fièvre, la fatigue sera souvent attribuable à un virus (grippe par exemple). En l'absence de fièvre et dans le cas où le patient accuse une tension inférieure à 10, l'hypotension (dont les causes resteront à déterminer), souvent associée à des états répétés d'hypoglycémie, sera certainement l'origine du mal. Sinon,  le médecin pourra lancer des analyses plus poussées pour éliminer les cas d'hépatite, de mononucléose, d'hypothyroïdie etc. Lorsque l'organisme fonctionne parfaitement et que le patient se plaint toujours d'un symptôme fatigue, le médecin pourra envisager un cas de dépression (ce qui ne fait pas du patient un malade imaginaire), pas du tout !